• Petits métiers

    Ils arpentaient les rues et campaient sur les places
    Chargés d'objets obscurs, de graines ou bien de vent
    Proposant tout ou rien et de bien peu vivant
    Leurs grands cris appâtant la vaine populace
    Ils arpentaient les rues et campaient sur les places

    Oh, combien je regrette leurs voix et leurs musiques
    Leurs mains escamotant les piécettes d'argent
    Pour service rendu à quelque bonne gens
    Et leur air de se foutre de la chose publique
    Oh, combien je regrette leurs voix et leurs musiques

     

    Que sont donc devenus
    La remailleuse de bas
    Le crieur de journaux
    Et la loueuse de chaises ?
    Où donc se sont perdus
    La cardeuse de matelas
    L'aiguiseur de couteaux
    Et le sucreur de fraises ?
    Qui donc les a revus
    Le vendeur de mouron
    La porteuse de pain
    Et le montreur de vues ?
    Ils ont bien disparu
    Le grilleur de marrons
    L'écorcheur de lapins
    Et le chanteur des rues

    On n'achetait pas que terrestres nourritures
    Autrefois dans nos rues, on y trouvait aussi
    Des colporteurs d'histoires et des marchands d'oublies
    Et il y avait du rêve plein les petites voitures
    On n'achetait pas que terrestres nourritures

    Que sont donc devenus
    La faiseuse d'embarras
    L'accordeur de violons
    Et la teneuse de jambe ?
    Où donc se sont perdus
    La liseuse de draps
    L'ensommeilleur de plomb
    Et le violeur de gambe ?
    Qui donc les a revus
    L'écriveur de tartines
    L'avorteuse de choux
    Et le fouteur de guignon ?
    Ils ont bien disparu
    Le lécheur de vitrines
    La bourreuse de mou
    Et l'encaisseur de gnons

    Certains étaient tenus à l'écart de la foule
    Exerçant un négoce un peu plus inquiétant
    Facteurs de basses oeuvres et vendeurs d'orviétan
    Artisans du frisson, experts en chair-de-poule
    Certains étaient tenus à l'écart de la foule

    Que sont donc devenus
    La toucheuse de boeufs
    L'enjoliveur d'obus
    Et le pinceur de louches ?
    Où donc se sont perdus
    Le dénoueur de noeuds
    La torcheuse de culs
    Et l'enculeur de mouches ?
    Qui donc les a revus
    Le dépendeur d'andouilles
    La mangeuse de santé
    Et l'étouffeur de vents ?
    Ils ont bien disparu
    La gonfleuse de couilles
    Le démorveur de nez
    Et l'étrilleuse de glands
    La tripoteuse d'acné
    Le faiseur de mauvais sang
    La fileuse de diarrhée
    Et l'équarrisseur d'enfants

     

    Juliette
    PETITS MÉTIERS

    Paroles : Pierre Philippe


  • Commentaires

    1
    Dimanche 19 Mars 2006 à 10:49
    Merci à CC
    d'avoir songé à cette chanson.
    2
    CC
    Mardi 21 Mars 2006 à 13:14
    :)
    Merci de la faire partager!
    3
    JCP
    Mercredi 11 Octobre 2006 à 17:29
    Petits Métiers
    Chef-d'oeuvre impérissable, qui ne disparaîtra pas comme le dénoueur d'intrigues ou la rouleuse de pelles. Merci à Pierre Philippe qui avait déjà su donner du bon grain à moudre aux Frères Jacques, Francis Blanche... Merci à Juliette, la relève, qui a su si bien mettre en scène, en voix et en tripes réalistes ces petits métiers perdus. Bienvenue sur le site précité où il est question de métiers.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :